Français langue étrangère : le Français de CADA

Par Hamad Gamal, étudiant en sociologie à l’université Lyon II, membre du Laboratoire Junior Mouvances, et co-rédacteur du blog SUDFA, qui parle de culture soudanaise : https://blogs.mediapart.fr/sudfa

Le hasard fait que ​nous​ nous retrouvons ​des​ quatre coins de monde, avec nos diversités culturelles, ethniques, géographiques et linguistiques. Il y a ceux qui sont venus d’Afghanistan, Iran, Iraq, Syrie, et Bosnie, mais il y a ​aussi ceux qui sont venus du Soudan, Érythrée, Somalie, Mali, et Guinée, avec nos langue​s​ différentes. Arabe, Farsi, Pashto, Tegringa, Aromo, Kurd, anglais ….
Nous sommes les réfugiés ou” les nouveaux arrivants” comme certains aiment à nous appeler, nous retrouv​ant​ en France pour des motifs divers, mais nous avons tous/tes le même but c’est de nous intégrer dans la société française et ​donc​ nous apprendrons sa langue et sa culture .

¤

La plupart de​s​ réfugiés ne maîtrisent pas la langue française, surtout ceux ​qui viennent des pays non francophones, mais la langue française ​n’a jamais été ​un obstacle pour eux pour communiquer avec les autres, surtout avec leurs amis qui sont dans la même situation (étrangers, demandeurs d’asile, et non francophone) , soit dans les centres d’accueil de réfugiés soit ailleurs. En fait, dans chaque centre d’accueil il y a un certain nombre de demandeurs d’asile, de différent​e​s nationalités et bien sûr ils parlent différentes langues, mais pour communiquer entre nous, nous avons une langue commune, c’est le français . Nous ne le maîtrisons pas bien, mais nous essayons de le parler quand même, avec nos niveaux et nos accents qui sont différents .

Je me souviens quand je suis arrivé au foyer où j’ai passé six mois ​en​ tant que demandeur d’asile , j’avais même pas le niveau A2 en français mais ​je m’exprimais tout le temps en français sur différents sujets, tel que politique, social et administratif avec mes amis qui ne maîtrisaient pas non plus le français comme moi, mais j’avais​ confiance en eux et j’étais sûr que personne ​ne​ me jugeait .​ J’avais l’impression que je m’exprimais ​bien plus ​ facilement quand je parlais avec eux dans le CADA que avec les français pour deux raisons :

1/ Quand nous avons passé beaucoup de temps ensemble nous avons réussi à établir une langue commune entre nous, une langue ​qui n’est​ pas forcément ​du français correct, mais c’est une langage compréhensible et ​reconnaissable ​pour nous, avec son accent, ses fautes, sa manière de parler, c’est une langue qui est composée de très peu des mots, ( genre : moi, toi, aller, dormir, manger, rendez-vous) mais avec ces mots, nous arrivons toujours à décrire nos sentiments, nos besoins, nos blagues , et d’autres discussions concernant nos démarches administratives.
Petit à petit, nous avons pris l’habitude de nos manières de parler, cela nous permet de faire un débat très long, sur nos vies, les raisons pour lesquelles nous sommes venus en France, les comparaisons entre nos pays politiquement et culturellement et socialement sans difficultés en terme de la langue; aussi nous parlons de sport, nos équipes préférés, nos joueurs préférés; nous faisons des blagues, on chante, on joue, et on discute…
Nous avons même l’impression que nous parlons dans nos langues maternelles quand nous parlons en français entre nous ! et là, je pense que grâce ​au​ temps que nous avons passé ensemble nous avons réussi à établir une langue commune, ce qu’on appelle (​ le français de CADA)​.

2/ La confiance, je pense que si vous faites confiance ​à​ quelqu’un, avec qui vous n​’avez pas la peur d’​être jugé​, vous pouvez parler de tout facilement, même si vous savez que vous ​ne​ maîtrisez pas la langue Notre exemple a prouvé clairement cela, En fait le sentiment général que nous avons tous/tes dans nos CADA ​est ​que nous sommes tous/tes dans la même situation ; personne n’a aucun privilège​ sur​ l’autre, ni social ni économique, nous sommes tous/tes exilés, et tous/tes habitants de CADA, et tous/tes demandeurs/es d’asile en France,

C’est pourquoi nous sentons comme nous sommes tous/tes frères et sœurs, pour parler avec quelqu’un ; nous ​ ​n’avons​​ pas besoin de réfléchir pour construire une bonne phrase, nous​ n’avons​ pas besoin de suivre les conjugaisons (présent, passé composé, imparfait, futur simple), nous ​n’avons​ pas besoins non plus de faire attention à la grammaires ( premier groupe, deuxième groupe,et troisième) nous parlons naturellement car nous n’avons pas peur de jugement, nous ne sentons pas que l’autre maîtrise la langue beaucoup mieux que nous, nous ne sentons pas que l’autre ​a une​ classe sociale​ plus élevée​ que nous, nous ne sentons pas que l’autre se moque de nos accent, de nos fautes, des bêtises que nous faisons pendant que nous parlons en français. Donc c’est la confiance, la sécurité, le respect, la politesse qui nous a rendu capable de nous ‘exprimer​ en français comme les français comme nous parlons entre nous, nous les réfugiés dans nos CADA et ailleurs.

Les psychologues scolaires disent que nous sommes capables d’ apprendre juste une fois que nous sentons de la sécurité avec celui qui nous enseigne , et dans le cas de la langue, je peux dire que nous serons capable de parler une langue juste une fois que ​nous nous serons sentis en ​sécurité avec celui qui pratique la langue avec nous . C’est pourquoi nous trouvons l’exemple d’une personne qui peut s’exprimer très très bien avec quelqu’un sur n’importe quel sujet, mais qui avec quelqu’un d’autre n‘est même pas capable de dire les choses les plus faciles dans la vie. Donc ceci prouve clairement ce que nous avons dit ​par rapport à la​ confiance.

¤

            À part l’expérience du CADA, nous nous retrouvons souvent aux associations ​qui accompagnent​ les réfugiés soit pour leur démarche administratives soit pour les aider à s’intégrer dans la société et à apprendre la langue française soit pour d’autres activités, mais en tout les cas ces réfugiés parlent en français avec ces​ personnes solidaires, et ils le font ​ toujours, sans difficultés, avec ces personnes solidaires d’origine française ou pas, nous avons remarqué qu’il y a un sentiment de confiance qui est très fort entre les deux (réfugiés, et solidaires) . C’est ​ce​ qui leur permet de parler facilement sans difficultés, même si nous ne maîtrisons pas la langue comme eux. Souvent nous avons le sentiment qu’il y a aucune différence au niveau de la langue grâce à la confiance qui nous est donnée : avec les personnes solidaires tu parles mais personne ne te juge, tu fais des fautes mais personne ne rigole sur toi !
Il arrive un moment où tu ne peux plus t’exprimer mais personne ne te critique. Tout ça et leur gentillesse nous permet de nous sentir en sécurité quand on parle avec eux.
Avec les personnes solidaires tu parles et tu vois un grand sourire sur leur visage…, tu parles et elle/il t’écoute, tu parles et tu ne rends même pas compte que tu es en train de parler en langue étrangère, tu parles et t’as envie de dire plus, tant que tu parle avec eux . Tu te sens de confiance plus en plus, et même t’as envie de dire plus, grâce à respect, confiance, sécurité,la langage n’a jamais été un obstacle un seul jour pour nous pour communiquer avec les personnes avec qui nous nous entendons bien.
Aussi dans les écoles où nous suivons des cours de français avec des profs qui sont pas forcément professionnels mais grâce à leur gentillesse et la sécurité qu’ils nous ont donnée, nous avons l’impression de comprendre les leçons avec eux beaucoup plus et mieux qu’avec un/e prof professionnel et qui fait partie de l’académie française !

Ils nous expliquent gentiment, et re-expliquent deux ou trois fois selon nos besoin , ils nous demandent de répéter avec eux et nous on répète, ils posent des questions et nous on répond avec plaisir , si t’as répondu correct tout le monde applaudit pour toi, si t’as pas répondu personne te juge et ils te demandent de transférer la question pour quelqu’un d’autre avec un grand sourire ​même parfois en riant ,Ils ne nous demandent pas de faire un exercice difficile, il y a pas de note, ni de premier de la classe ni de dernier de la classe, tout le monde ensemble, nous avons le sentiment que nous sommes​ tous/tes élèves ,​ et nous sommes tous/tes prof, tout le monde savant, et tout le monde ignorant au même temps . Voilà ce qu’elle fait la confiance, ce qu’il fait le respect, ce qu’elle fait la sécurité, qui rendent ​à chacun/e​ confiance en soi même et aux autres, tant qu’il y a la sécurité il n’y a pas de peur, et tant qu’il y a le respect il n’y a pas de jugement.  Nous ​insistons pour ​dire à nouveau que les manières par lesquelles on nous renseigne nous ont beaucoup influencé soit sur nos niveaux de français soit sur nos vies en terme de physiologie et socialement, également les manières par lesquels la plupart des solidaires nous traitent a une énorme influence sur nous.

¤

Je vais raconter une histoire qui peut ​porter preuve de​ tout ce que je viens de dire. Je suis allé un jour aider un soudanais pour la traduction dans une association. Quand j’ai eu fini avec lui il y a eu un autre afghan qui avait besoin de traduction aussi, mais lui il parle pas mal français, sauf qu’il pas senti de sécurité avec la personne avec qui il lui faut parler. Du coup il m’a demandé de traduire pour lui à travers le français et en français, oui de ​français vers français,​ parce que je ne parle pas sa langue maternelle et lui ne parle pas la mienne, donc la langue commune entre nous c’est le français, le français que nous avons l’habitude de parler dans notre CADA, et finalement la personne m’a parlé en français et moi je redis à l’afghan encore une fois en français !! Cela arrive beaucoup avec des personnes réfugiées qui parlent bien français quand ils parlent entre eux, mais ils n’arrivent pas à parler quand ils sont dans un bureau administratif ou avec quelqu’un auprès de qui ils qui ne se sentent pas en sécurité

En fait on arrive pas à parler dans un bureau car il y a une violence administrative très forte,une violence qui t’oblige à parler de manière particulière, typiquement comme les français, en oubliant que le français c’est pas la langue maternelle pour tous/tes les habitants de la terre.
Ce dialecte dont nous parlons c’est un dialecte qui est très beau en terme d’accent, avec très peu de mots, sans conjugaison, et sans grammaire, mais c’est un dialecte qui nous permet à comprendre, nos sentiments, nos avis, nos besoins, sans problème, c’est un dialecte rebelle et créatif, et révolutionnaire à la fois.

 

Katla un réfugié de 27 ans a dit sur le dialecte de réfugiés “ pour moi à part que je n’arrive pas à parler mieux que ça , c’est un symbole de résistance, résistance contre la langue courante comme je faisais avec ma langue maternelle, aussi dans lequel que j’essaie de parler de manière assez simple toujours , en plus psychologiquement moi je déteste les langues qui sont courantes”.

Ce dialecte dont nous parlons, nous pouvons dire que c’est à la fois un choix pour nous de parler comme ça, et à la fois une obligation qui vient de la négligence et incapacité de l’État à s’occuper des réfugiés, car cette langue nous l’avons apprise seuls à travers la pratique avec nos amis qui parlent mieux que nous et qui sont plus anciens que certains ,la plupart parmi nous n’ ont jamais suivi les cours de français même pas pendant un seul mois, donc déjà nous avons fait beaucoup d’efforts pour arriver à ce point là.
Nous voulons seulement le respect, la gentillesse, la confiance, de la part des personnes qui maîtrisent bien la langue française pour pratiquer avec eux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.