Les violences administratives envers les étranger.es

Journée d’étude du Laboratoire Junior Mouvances

Samedi 28 septembre 2019

ENS de Lyon, salle 1 place de l’école

Programme

8h30 : Accueil 

9h15 : Introduction à la journée d’étude par le Laboratoire Junior Mouvances

TR1 9h45-10h45  Une violence administrative à historiciser :

Philippe Rygiel 

Karine Parrot : Histoire brève des contrôles migratoires (Quel rôle joue le droit ?)

⇒ café : 10h45-11h

TR2 11h00-13h00 Contrôles aux frontières et enfermement : 

Nicolas Fischer : Une violence sous contrôle ? L’action policière en rétention.

Almodis Peyre : Violences policières, des contrôles aux frontières jusqu’à l’expulsion/déportation – Le cas du passager clandestin

Tom Montel : Le Régime Dublin et la Fin du Long Été des Migrations en France

Julien Jimmy Muller : Expulsion forcée et expulsion incitée des exilé·e·s du bidonville de Norrent-Fontes (Nord-Pas-de-Calais)

⇒ Pause déjeuner : 13h00-14h30

TR3 14h30-15h50 La demande de papiers : 

Naoual Mahroug : L’attente dans le labyrinthe de la bureaucratie de l’asile : une violence invisible? 

Nicolas Chambon : Les épreuves de la migration et leurs effets sur la santé mentale.

Léopoldine Manac’h : L’enfermement à l’air libre au Prahda : vécus de la violence ordinaire d’un dispositif de non-accueil pour les résident·es demandeur·euses d’asile et pour leurs soutiens 

⇒ café : 15h50-16h10

 

TR4   16h10-17h50 L’accès à la langue

Introduction : observations par Serge Maury, les difficultés de compréhension de la langue administrative

Collectif RUSF38  : Questionner les violences institutionnelles à l’université, le cas des étudiant·e·s exilé·e·s à Grenoble 

Association Itinérens : Témoignages. Les difficultés de l’instauration de cours de FLE sans condition de statut administratif à l’ENS de Lyon 

Hamad Gamal : Les difficultés auxquelles sont confrontés les réfugié·es pour apprendre le français, le cas des Soudanais·es

Laboratoire ICAR : La création d’un logiciel d’apprentissage du français 

⇒ pause : 17h50-18h20

    Séance cinéma

18h20-19h20 : Projection du film de Clio Simon

« Is it a true story telling ? », 40 min, en présence de la réalisatrice 

⇒ 19h20 : buffet festif  

 

affiche réalisée par K Flint Adamson

Se rendre au 1 place de l’école :

Depuis Perrache tramway T1, direction Debourg. Arrêt : ENS Lyon

Depuis Part Dieu métro B direction “Gare d’Oullins”. Arrêt : Debourg ou Stade de Gerland.

 

 

APPEL A COMMUNICATIONS

mouvances@ens-lyon.fr

Appel à communications journée d’étude

« violences administratives envers les étranger.es »

Samedi 28 septembre 2019

Le laboratoire junior Mouvances regroupe des masterant∙es et doctorant∙es en sciences humaines et sociales, qui mènent une étude critique des discours produits sur les migrations. Nos travaux analysent les processus de représentation et de catégorisation des migrations, et des personnes concernées, ainsi que leurs effets sociaux. Ils se matérialisent dans la publication d’un dictionnaire en ligne des migrations, qui s’attache à situer l’étoilement des termes décrivant les phénomènes migratoires dans leurs contextes spatio-temporels, ainsi que dans leurs champs d’énonciations, juridiques, administratifs, médiatiques ou encore artistiques.

« Violences administratives »

Cette journée d’étude concerne “les violences administratives envers les étranger.es”. Nous définissons cette notion comme “des formes de violences symboliques et/ou physiques, qui s’exercent contre des individus étranger.es en raison de leur situation administrative, mais aussi en fonction d’autres discriminations (raciales, sociales, de genre, de handicap), généralement de la part des administrations d’Etat elles-mêmes.”

Ces violences se manifestent à travers les nombreux obstacles s’opposant à la régularité du parcours administratif : demande d’un visa au consulat, d’un titre de séjour ou d’une protection internationale, renouvellements, cours de langue à l’OFII, accès à l’emploi ou au système de santé, etc. Elles sont renforcées par des interactions dégradées entre les agent.es administratif.ves et les administré.es.

En effet, la fermeture des voies de régularisation, croissante depuis les années 1980, et plus encore depuis 2003 avec les lois Sarkozy, prend la forme d’une politique du chiffre, de l’expédition des procédures, d’organisation de l’attente, de l’enfermement, d’expulsions/déportations. Cette répression croissante est facilité par l’opacité des prises de décisions, un fort pouvoir discrétionnaire dans l’interprétation de la loi, et de nombreux illégalismes.

Ces violences jalonnent le parcours migratoire des personnes arrivant en France, depuis le pays de départ, sur la route, aux frontières, et souvent longtemps après l’arrivée. Elles ont des effets psychologiques et/ou physiques différenciés, plus ou moins forts, plus ou moins durables, sur les individus dont l’une des manifestations les plus documentées est le stress post-traumatique. Elles peuvent par ailleurs être ressenties et subies par les aidant·e·s (associations, particuliers, services publics) ou les agent.e.s des administrations ; elle·eux aussi confronté·e·s à la précarisation du droit à l’installation et au séjour. Objectiver cette notion, alors même que le ressenti de la violence est si subjectivement différencié, nous apparaît une nécessité afin de mieux pouvoir identifier et combattre ces violences. Nous ne séparons pas réflexion et action.

Déroulé de la journée d’étude

Cette journée d’étude veut mettre en synergie les travaux en cours de jeunes chercheurs (en master et doctorat) et ceux de chercheurs plus renommés ; ainsi que ceux de personnes ayant subi des violences administratives, ou luttant contre elles dans un cadre d’actions collectives ou associatives. Nous tenons à donner à cette manifestation une dimension militante, dans le souci d’éviter une position en surplomb du savoir universitaire par rapport au vécu des acteur.rices.

La journée d’étude se déroulera en quatre moments de tables rondes :

1) Une première historicisant le rapport d’administrations aux étranger.es.

2) Une seconde portant sur les violences policières, des contrôles aux frontières jusqu’à l’expulsion-déportation

3) Une troisième concernant la demande des titres de séjour et des protections internationales, en particulier à travers l’analyse des effets psychologiques de la violence administrative.

4) Une quatrième axée sur les difficultés de l’apprentissage de l’écriture et de la langue française

Ces tables rondes seront centrées sur le cas de la France, bien que des comparaisons soient les bienvenues.

Elle se terminera par une projection cinématographique.

Appel à communications :

Dans le souci de donner une visibilité et des espaces de communications de leurs recherches à des étudiant.es, doctorant.es, et jeunes chercheur.ses, nous leur réservons cet appel à communication.

Il concerne:

1) Une communication de 20 minutes sur la construction historique du rapport des administrations aux étranger.es

2) Une communication de 20 minutes sur les violences policières, des contrôles aux frontières jusqu’à l’expulsion-déportation

3) Un film ou court métrage, à projeter le soir, de fiction ou documentaire, présenté par le ou les créateur.ice(s)

Les propositions de communication devront faire 3 pages, police times new roman taille 12 au maximum. Elles devront être envoyées pour le 1er juillet au plus tard. Elles devront inscrire explicitement la communication dans le thème de la table ronde.

Nous vous remercions,

Le Laboratoire Junior Mouvances

Dictionnaire situé des migrations

Le dictionnaire situé des migrations

            L’objet de ce carnet, fondé par les membres du laboratoire Mouvances, est la création d’un dictionnaire situé des migrations. Il a pour but d’explorer les enjeux de la dénomination des phénomènes migratoires, ainsi que ses conséquences en termes de représentations et de catégorisations. À travers des analyses terminologiques, il met en regard différentes acceptions d’un même mot selon les champs ou les époques auxquelles ce mot se rattache.

            Nous ne souhaitons pas y proposer de définitions exhaustives ou normatives d’un mot. Notre ambition est, au contraire, de démêler la complexité du réseau lexical des migrations, en comprenant leur fabrique, la façon dont ils s’articulent, et la manière dont les acteur∙rices s’en emparent dans les débats actuels. C’est pourquoi ce dictionnaire est dit situé, chaque mot ne pouvant être pris que dans le contexte de son énonciation.
            Nous souhaitons que ce dictionnaire fournisse des pistes de recherche et d’analyse pour les contributeur∙rices du carnet, mais aussi pour tou∙te∙s ses lecteur∙rices, et afin que scientifiques, journalistes ou militant∙es soient à même de décrire des phénomènes migratoires multiples, complexes et équivoques.
Ce dictionnaire est essentiellement collaboratif. Les articles y sont postés selon une entrée alphabétique dans la section “Le dictionnaire“, et chaque article peut être commenté et modifié, afin de rester dans une posture critique constante. Les articles pourront aussi être enrichis de recherches présentant de nouvelles acceptions des mots étudiés.

Comment participer ?

            L’enjeu de ce projet est une mise en commun des connaissances afin de créer un outil théorique à-même d’apporter un éclairage sur les différences lexicologiques et disciplinaires qu’un terme peut recouvrir. Il s’agit d’une plate-forme de partage des connaissances, qui invite toute personne souhaitant participer à approfondir, compléter ou modifier les articles existants, et à en soumettre de nouveaux. Le dictionnaire sera signé par tou∙te∙s les contributeur∙rices, mais les entrées terminologiques en elles-mêmes ne seront pas signées.

            Nous invitons les étudiant∙es, chercheur∙euses et militant∙es à soumettre leurs propositions d’articles à l’adresse suivante : mouvances@ens-lyon.fr, ou à venir nous rencontrer lors d’ateliers de réflexion organisés tous les mois (le calendrier des ateliers est visible sur notre page Facebook).

            Les articles, correspondant à des entrées terminologiques du dictionnaire, doivent être inférieurs à 1000 mots. Les sources seront obligatoirement mentionnées en note de fin d’article.

            Afin de permettre un réel travail collaboratif, les contributeur∙rices devront pouvoir se rendre disponibles sur Lyon ou par Skype pour les sessions de relecture et de concertation autour de leurs propositions.