La migration au prisme des mots

Mouvances, 3 novembre 2017, ENS de Lyon

TR1″Images du réfugié : le théorique à l’épreuve de la réalité »

Léopoldine Manac’h. « ’Être à la porte de la chapelle’, le centre humanitaire Paris-Nord comme vitrine de l’inhospitalité »
& Danièle Lochak. « L’image de l’étranger à travers les catégories juridiques »

Léopoldine Manac’h a dans un premier temps proposé une réflexion sur le champ lexical de l’emcampement à partir de l’étude de l’ouverture et des premiers mois de fonctionnement du centre humanitaire de pré-accueil des exilés situé dans le quartier de la Porte de la Chapelle à Paris. 
Le camp de la Chapelle, dans sa réalité matérielle et dans sa construction discursive par les pouvoirs publics est un puissant outil de façonnement des imaginaires. Il consacre une vision particulière de l’accueil et de l’hospitalité. Plus précisément, il légitime le « modèle camp » comme la seule réponse possible à l’accueil des exilé.es -accueil par ailleurs présenté par la mairie de Paris comme un devoir moral au moment de l’annonce de l’ouverture du camp en mai 2016. Et de fait, le camp se présente d’abord comme un espace de refuge, un espace d’accueil des exilé.es-hôtes dans la mère patrie des nationaux. Ses formes arrondies, généreuses, colorées, le pose comme un phare urbain, porte d’entrée des exilé.es sur une terre d’accueil. Toutefois le chenal est restreint car le camp trie autant qu’il accueille. En fait,  le camp est également un dispositif sécuritaire, qui sert à identifier et filtrer les candidat.es à l’asile selon une perception bicéphale des exilé.es, à la fois réfugiés vulnérable et envahisseurs.
La sélection conduit logiquement à l’envers ou au revers du camp, à l’encampement. En effet, dès décembre 2016, les exilé.es qui n’ont pas de place dans le camp installent des campements provisoires dans le quartier, en particulier sous un pont, près de la Porte de la Chapelle. Mais rapidement ces installations sont entravées par des « dispositifs anti-migrants » (barrière, barbelés, rondes policières…). Il s’agit d’éviter l’apparition dans l’espace urbain de « point de fixations » non désirés par l’État. L’encampement, dans sa matérialité, apporte un contrepoint dérangeant à la normalisation du camp humanitaire comme lieu d’accueil pour les exilé.es. Car le camp est aussi un mode de légalité ; les pouvoirs publics aimeraient réduire l’hospitalité au camp et le camp à la politique d’accueil de l’Etat. Aussi, les campements sauvages qui contreviennent à cette image lissé, normalisé et positive de la politique d’accueil mise en place par l’Etat doivent être invisibilisés, empêchés. C’est pour déjouer cette invisibilisation que Léopoldine Manac’h a réalisé une ethnologie « des places du surplace », s’intéressant aux objets laissés derrière eux par les migrant.es. Car les déchets, les couvertures entassées et l’odeur d’urine disent sans équivoque le manque de moyen d’accueil. 
Finalement, le camp de la Chapelle dispositif matériel et juridique, discursif et symbolique, fixe les réfugié.es dans l’espace mais aussi fixe les modalités d’une gestion comptable et  sécuritaire de l’accueil des exilé.es par les pouvoirs publics. Le camp, enfin, paralyse nos imaginaires et nous empêche de penser d’autres formes d’accueil et d’hospitalité. D’où la nécessité de faire retour aux objets – « mots de passe par excellence »1 selon Baudrillard – pour ne pas se laisser enfermer dans un lexique réducteur et démobilisateur de l’hospitalité. La contribution de Léopoldine Manac’h permet de comprendre comment un discours politique et médiatique « incarné » dans l’espace du camp modèle nos représentations de l’hospitalité. Mais il est des leviers discursifs autrement plus puissants pour modeler les imaginaires. 
*
Le droit, objet de l’intervention de Danièle Lochak est de ceux-là. Le droit est par essence une essence un discours qui pose une certaine vision de l’ordre sociale. Il se fonde sur des catégories juridiques qui relèvent toujours d’un découpage intentionnel du réel  par le législateur qui décide d’attacher des conséquences juridiques à tel ou tel élément. Les catégories du droit se présentent pourtant à nous comme objective et neutres. En effet droit jouit d’un capital de crédibilité qui nous incite à voir le monde à travers les catégories de la loi écrite. Mais il ne faut pas s’y tromper : le droit des étrangers n’est pas – et n’a jamais été – neutre. Il impose une certaine vision des étrangers qui répond aux préoccupations politiques de son temps. 
Le CESEDA, le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, entrée en vigueur en 2005, rassemble de nos jours les dispositions législatives et réglementaires relatives au droit des étrangers. D’emblée, l’étranger est donc présenté comme un individu « à part » qui doit être soumis à une législation spécifique, plus contraignante que celle imposée aux nationaux. Le CESEDA, détaille Danièle Lochak, donne une image de l’étranger comme un individu non seulement à part mais aussi dangereux, délinquant potentiel, machiste, violent, polygame, et qu’il convient d’éduquer en lui inculquant les valeurs de la République. La construction de cette image négative passe d’abord par des dispositifs proprement juridiques. Ainsi, toute infraction est érigée en délit dans  le CESEDA – l’entrée irrégulière, l’aide au séjour irrégulier, le fait de soustraire ou de tenter de se soustraire à un contrôle – ce qui justifie en pratique des contrôles d’identités sélectifs, des dénonciations et des enfermements qui assimilent les étrangers à des délinquants.  Par ailleurs, la redondance du lexique confirme cette image de l’étranger comme délinquant. La notion « d’ordre public » irrigue tout le texte : elle apparaît à douze reprises et permet de refuser l’octroi d’un titre de séjour même à ceux qui n’y ont  du fait d’autres disposition du CESEDA pas le droit. De même, l’étranger est dans la loi un fraudeur potentiel. Il est particulièrement suspecté de mariage de complaisance et pour cela soumis à des mesures de vérification spécifiques. L’étranger est également présenté, contre toute réalité statistique, comme polygame. Dès 1993, la loi Pasqua interdit le regroupement familial polygamique.  Depuis la référence à la polygamie et un incontournable de la législation des étrangers. Présente dans nombre d’hypothèses ou de postulats sur la condition des étrangers –  quand bien même ceux-ci ne peuvent juridiquement pas être polygames – elle crée un effet de discours qui lie nécessairement étranger et polygamie. D’autres lois, comme celle de 2006, interdisant l’obtention des cartes de résidents aux étrangers s’étant rendus coupables d’actes d’excision, sont tout aussi inutiles que stigmatisantes. En effet l’excision est déjà un crime qui rend impossible l’obtention de la carte de séjour, préalable à celle de résident ! Enfin, l’importance de la notion « d’intégration »  à laquelle le CESEDA subordonne l’obtention d’une carte de séjour, sous-entend que l’immigré est par essence étranger aux valeurs de la République, en particulier celles concernant l’égalité femmes-hommes, et qu’il faudrait donc les lui enseigner avant de l’accepter dans la communauté nationale.  
Ainsi, conclut Danièle Lochak, l’image négative de l’étranger dans la législation actuelle n’est que le reflet d’un discours politique xénophobe. Et en retour, cette image négative véhiculée par le droit nourrit des représentations hostiles, qui illustrent la teneur des discours politiques. Catégorisation et représentation des étrangers se trouvent donc liés dans une causalité circulaire – et même, pourrait-on dire, dans un cercle vicieux : une opinion publique soutenue par un discours politique hostile (ou l’inverse) soutenant des catégories juridiques négatives qui elles-mêmes légitiment et renforcent l’hostilité de l’opinion publique. 
Ces deux interventions nous poussent à une conclusion en forme d’erratum. Les images de l’étranger ou du réfugié ne naissent pas d’une confrontation entre discours théoriques et réalité objective, matérielle – comme le suggérait le titre de la matinée. En effet, la réalité de l’expérience migratoire ne se donne jamais pour elle-même, brute. Il s’agit toujours d’un façonnement complexe, d’un filtrage de la réalité migratoire par des catégories qui nous sont en parties imposées par des discours politiques, juridiques et bien sûr médiatiques, tous puissamment normatifs. 

TR2 « Le poids des stéréotypes et des amalgames dans le traitement médiatique des migrations »

Fathallah Daghmi. « Des représentations à la construction d’un archétype : presse et traitement de l’immigration en France »
& Gilles Gauthier. « L’arrivée d’Haïtiens au Québec à l’été 2017 : une dénomination emmêlée » ;

La première table-ronde de l’après-midi a été consacrée au traitement médiatique des migrations. Nous voulions en particulier interroger la notion de « stéréotype ». Peut-on parler, de manière générale, d’un traitement médiatique stéréotypé de l’immigration ? Quels sont ces stéréotypes, comment sont-ils construits et comment circulent-ils d’un champ social à l’autre ? Quelles fonctions remplissent-ils dans le traitement médiatique des migrations ? Dans quelles mesures informent-ils nos représentations ? L’intervention de Fathallah Dahmi, s’appuyant sur l’analyse du traitement de l’immigration par trois quotidiens nationaux (Le Monde, Le Figaro et l’Humanité) entre 1989 et 1998, a posé plusieurs jalons important. Elle a d’abord rappelé que les discours médiatiques sont autant le résultat que l’origine des représentations circulant dans l’opinion publique. Pour autant, lorsque l’on observe les représentations en circulation dans les grands quotidiens nationaux, on constate que certains titres privilégient certaines figures archétypales pour traiter du sujet « migration ». L’intérêt du recours à l’archétype est double. Il s’agit d’abord d’un acte d’identification qui vise à élaborer un langage commun, nécessaire pour discuter un sujet. A cet enjeu purement médiatique, s’ajoute une dimension identitaire : sous quel traits veut-on montrer ces autres dont on parle ? 
Entre « l’affaire du foulard » de 1989 et le mondial de football de 1998, Fathallah Dagmi observe une certaine permanance des archétypes utilisés pour traiter de l’immigrations dans les quotidiens : Le  Le Figaro, Le Monde et l’Humanité.
Le Figaro, qui  analyse l’immigré de manière active, comme responsable – à la fois de problèmes de société mais aussi de sa propre précarité économique et sociale – privilégie dans ces articles la figure du jeune délinquant de banlieue et celle, plus ambiguë , du Harki.  
Le Monde, plus consensuel, estime que les responsabilités sont partagés entre immigré.es et Etat en ce qui concerne les difficultés d’intégration des immigré.es. Il met en avant la figure du musulman intellectuel laïc ou celle du représentant communautaire. 
Enfin, L’Humanité, lit la problématique migratoire au prisme de la lutte des classes et se place donc dans une position de défense des immigré.es et de dénonciation des manquements de l’Etat. Sans surprise, le journal s’appuie sur la figure du/de la militant.e, en particulier, au début de la période étudiée, de la militante s’opposant au port du foulard. 
On voit donc que les archétypes privilégiés par chacun des quotidiens s’inscrivent dans un imaginaire médiatique qui déborde largement les questions migratoires. Les représentations de l’immigration formées par chacun des quotidiens témoignent d’une vision particulière de la société. 
C’est pourquoi, malgré quelques évolutions, les personnages mis en scène par chacun journaux restent les mêmes tout au long de la période étudiée. Certains stéréotypes sont également transversaux. Ainsi, en va-t-il d’une certaine ethno-racialisation des territoires, où l’on oppose la banlieue, caractérisée par une violence inouïe, où qui ne concerne pas la majorité blanche qui occupe le reste des territoires urbains. 
La répétition de ces archétypes n’a pas seulement pour fonction d’entériner un point de vue idéologique ; plus prosaïquement, ils sont un moyen pour les journalistes « de traiter  l’information » rapidement. Ces archétypes sont pourtant profondément dommageable à la compréhension de la réalité migratoire puisqu’ils tendent à être plus incriminant (et discriminant) que descriptifs. 
*
Pour autant, ces archétypes sont susceptibles d’évolutions et de remises en cause. L’intervention de Gilles Gauthier, portant sur un tout autre espace-temps, est ainsi revenue sur le conflit de nomination qui a accompagné l’arrivée d’Haïtiens au Québec à l’été 2017. En effet, en juillet et août 2017 environ 12 000 personnes passent la frontière qui sépare les Etats-Unis du Québec, cela sans passer par les points d’entrée frontaliers traditionnels. Ce sont majoritairement des Haïtien.nes qui quittent les Etats-Unis pour le Canada suite à l’annonce de Donald Trump, qui souhaite mettre fin au droit d’asile qui leur avait été suite au tremblement de terre de 2010. Ces arrivées divisent les Québécois et suscitent un important débat public ; l’opinion se partage – à peu près égalitairement – entre partisan de l’accueil et du refoulement. Ce débat central s’inscrit dans un contexte juridique flou. D’une part, le Canada est signataire de la convention de Genève et mène depuis 1993 une politique d’accueil des migrant.es et demandeur/euses d’asile généreuse. D’autre part, un accord liant les Etats-Unis et le Canada, l’Entente sur les tiers pays sûrs, stipule que les demandeur/euses d’asile doivent présenter leur demande dans le premier des deux pays dans lequel illes arrivent. Les migrant.es haïtien.nes sont donc supposé.es demander l’asile aux États-Unis, puisqu’illes en viennent voir y ont vécu. Mais, à l’été 2017, pour des raisons toujours inexpliquées, le gouvernement canadien décide de réduire la portée de cet accord aux seuls « postes frontières ». Or, au Canada, il est également possible de demander l’asile dans des « bureaux intérieurs ». C’est pourquoi, de nombreux migrant.es haïtien.nes choisissent de passer la frontière en d’autres points que les postes frontières et de demander l’asile une fois sur le territoire canadien, dans un bureau intérieur. 
Ce faisant, il devient difficile pour les politicien.nes, les journalistes et le grand public de catégoriser de manière objective ces hommes et femmes en mouvement qui ne relèvent pas ou plus d’un régime juridique bien identifié. D’où l’apparition d’un second débat, étroitement associé – voir préalable – à celui sur l’accueil ou le refoulement de ces populations : comment nommer les Haïtien.nes qui traversent la frontière en dehors des postes frontières ? Certains médias les qualifient de « faux-réfugiés », d’autres de « migrants illégaux ». Ces deux dénomination sont bien entendu critiquables ; les Haïtien.nes qui arrivent au Québec à l’été 2017 ne sont pas plus « réfugiés » – puiqu’ils n’ont pas encore demandé l’asile et donc obtenu le statut de réfugiés – qu’ils ne sont « illégaux » ou « faux ». En effet, le fait de passer la frontière en dehors un poste frontière ne place pas ces migrant.es dans l’illégalité au regard de la convention de Genève. Enn outre, si une action peut-être qualifiée d’illégale, une personne ne saurait l’être. De même, l’adjectif « faux » est problématique dans la mesure où il pose, par anticipation que les conditions d’octroi du statut de réfugié ne sont pas remplis pour les migrant.es qui franchissent la frontière canadienne. D’ailleurs le bien-fondé de ce terme de migrant est lui-même questionné par certains acteur/trices du débat, dans la mesure où il recouvre des situations très diverses en même temps qu’il essentialise la migration. A l’inverse, certains défendent l’usage du terme de migrant, en ce qu’il permet d’évoquer une communauté d’expérience au-delà des différences de statut, d’origine, etc. 
L’exemple de ce débat récent, souligne l’importance symbolique de l’acte de nomination. La qualification de ces Haïtien.nes est l’objet même du débat puisque la manière dont on les dénomme  légitime ou remet en cause leur venue. Ce conflit de nomination dévoile des mécanismes similaires à ceux observés par Fathallah Daghmi dans la presse française. Dans les deux cas le lexique utilisé par les différent.es acteur/trice du débat public pour désigner les migrant.es est en soi un positionnement idéologique. Toutefois, dans le cadre spatio-temporel étudié par Fathallah Daghmi, les archétypes discursifs choisis par les différents médias pour traiter des migrations ne semblent pas réellement faire problème, y compris dans les moments où la question migratoire est mise en avant par l’actualité. L’arrivée de migrants Haïtiens au Québec l’été dernier a au contraire directement suscité des interrogations voir une remise en question du lexique utilisé dans le débat public. Au Canada, le moment de « crise » s’est avéré un moment de profusion linguistique, de réflexion terminologique mais aussi, comme le souligne Gilles Gauthier en conclusion, de grande confusion. 
Au terme de cette table ronde, se dessine une alternative peu prometteuse. L’usage d’archétypes, de stéréotypes pour traiter des questions migratoires dans la presse française se révèle un vecteur de communication efficace ; l’actualité migratoire s’écrit comme un feuilleton dont le lecteur retrouve toujours les mêmes protagonistes. En revanche ces archétypes simplifient outrageusement la réalité de l’expérience des personnes en situation de migrations, confortant les lecteur/trice dans leurs idées préconçues et validant des politiques publiques répressive. La remise en cause des stéréotypes véhiculées par des expressions « faux-réfugiés » ou « réfugiés illégaux » est plus à même de faire émerger la complexité et la diversité des situations des exilé.es. Mais la multiplication des termes les désignant a un effet déstabilisateur pour le grand public et rend difficile la transmission rapide et efficace d’un fait d’actualité. Une troisième voie, permettant aux acteur/trices du débat public de nommer plus justement les migrant.es  tout en conciliant leurs objectifs de rentabilité économique peut-elle émerger ? Peut-on contourner ou dépasser le lexique actuel de la migration ? Comment impulser ce changement et qui doit-il ou peut-il le faire ? Autant de questions que le troisième temps de notre journée d’étude avait vocation à explorer. 

TR3. Le poids des catégories étatiques sur les individus.

Florent Chossière. « Asile et homosexualité : de la catégorisation juridique aux représentations normées des sexualités » ;
& Stefan Le Courant. « Etranger en situation irrégulière, catégorisation administrative et rapport à l’Etat » ;

Avant cela, l’intervention de Florent Chossière a éclairé sous un nouvel angle la notion de stéréotype, en s’intéressant à une population prise dans un double jeu de préjugés : ceux associés à la migration et ceux associés à l’homosexualité. Son intervention a montré en quoi l’attribution ou la non-attribution de la qualité de réfugié aux personnes LGBT, depuis les années 1990 est déterminé par de multiples préjugés et une vision normative de l’homosexualité et des homosexuels, à toutes les étapes de la procédure. En effet, pour être reconnu comme réfugié, il faut, selon la convention de Genève, être reconnu comme appartenant à un groupe social persécuté. L’orientation sexuelle d’un demandeur d’asile n’est pas suffisante pour lui octroyer l’asile mais elle a la condition préalable pour déterminer l’appartenance à un groupe social, qui peut être persécuté. Le demandeur d’asile est donc d’abord catégorisé au sein d’un groupe social dont on détermine s’il est ou non persécuté. Mais cette seconde étape est  problématique. La persécution des homosexuel, dans de nombreux pays laisse peu de traces institutionnelles (registres de plainte, etc.) ; l’absence de preuve de persécution ne signifie donc pas nécessairement l’absence de persécution. 
Plus problématique encore est le traitement particulier auquel sont soumis les demandeur d’asiles qui se disent persécuté en raison de leur orientation sexuelle. Habituellement, un candidat à l’asile doit avant tout prouver qu’il a été l’objet de persécutions, quels que soient les motifs de ces persécutions. Dans les cas d’homophobie, c’est moins la preuve des persécutions qui est demandée que la preuve de l’homosexualité du la demandeur d’asile. Or, comment prouver une orientation sexuelle ? Immanquablement, la catégorisation d’une personne comme homo ou hétréro sexuelle réside sur des représentations normatives de l’hétéro et de l’homo sexualité. Les questionnaires auxquelles sont soumis les demandeurs d’asiles visent à vérifier qu’une personne correspond aux préjugés sur l’homosexualité développés par la société d’arrivée. De manière générale, on exige des demandeurs d’asiles qu’ils connaissent une « culture homosexuelle occidentale » érigée en norme universelle. Ils sont par exemple interrogé.es sur la date de la marche des fiertés ou sur les « adresses gays» qu’ils fréquentent. Les stéréotypes sont aussi visuels ; le/la responsable de l’entretien jugera si le candidat à l’asile à une attitude « suffisement gay » là encore selon des codes culturels profondément contingents et normatifs. Tout au long de la procédure d’asile, le demandeur se trouve donc aux prise avec des préjugés concernant l’identité de genre, l’orientation sexuelle, les pratiques sexuelles, et le rapport qu’entretiennent ces trois notions. Une grand part d’arbitraire entre donc en jeu lors de la catégorisation des demandeurs d’asile homosexuels. 
En outre, l’essentialisation de l’homosexualité comme un caractère stable, que l’on pourrait tester ou  vérifier,  a entraîné de nombreuses dérives abusives lors des interrogatoires préalables à l’octroi du statut : questions intrusives sur la vie sexuelle et intime, tests phallométriques devant films pornographiques ou encore preuve de l’homosexualité par des films pornographiques où des demandeurs se montrent à l’acte… L’Union-Européenne semble néanmoins prendre conscience du caractère problématique de cette catégorisation juridique fondée sur une vision occidentalo-centrée de l’homosexualité ; elle refuse désormais de voir des demandeurs reboutés à cause  à de mauvaises réponses à des questions issues d’une vision essentialiste et occidentale de l’homosexualité.
La question de l’intrusion de l’État dans la vie privée, dans l’intime ne concerne pas uniquement les demandeurs d’asiles homosexuels. Stéphane Le Courant constate de similaires atteintes au corps et à l’intimes pour les étrangers en situation irrégulière. La catégorie administrative des « étrangers en situation irrégulière » regroupe des personnes qui n’ont pas le droit au séjour sur un territoire donné. En France, elle s’est rigidifiée à partir de la fin des années 1970, à un moment où il devient plus difficile d’entrer et de séjourner de manière régulière sur le territoire national. La dénomination « étrangers en situation irrégulière » contient, en creux, le traitement que l’État réserve aux personnes ainsi catégorisées : expulsion du territoire national avec, si nécessaire au préalable, placement en centre de rétention administrative. La durée de ce placement n’a cessé d’augmenter au fil du temps, passant de sept jours à son introduction en 1980 à 45 jours aujourd’hui, sans doute bientôt 60. Malgré des mesures sans cesse plus répressives vis à vis des étrangers en situation irrégulière, le procédé enferment-expulsion s’avère bien peu efficace puisque  moins de 20% des mesures d’expulsions prononcées sont effectivement suivies des faits. En anthropologue, Stéphane Le Courant s’intéresse moins aux résultat de cette politique publique qu’à ses effets. Selon lui, l’impact de la catégorisation comme « étranger en situation irrégulière » peut-être mesuré à trois différents niveaux. 
La catégorisation des étrangers fabrique d’abord un imaginaire collectif des personne en migration. Ainsi, la dénomination administrative « étranger en situation irrégulière » met en exergue l’irrégularité du séjour sur le territoire français des personnes concernées. Synonyme commun de l’expression administrative, le terme « clandestin », abondamment utilisé entre 2003 et 2012, connote la violence et l’envahissement. Le clandestin, c’est celui qui se soustrait volontairement au regard de l’État et qui tire profit de de son irrégularité. Au contraire, les termes de « sans-papiers » puis de « travailleur sans-papier » imposés suite aux luttes des militants associatifs et travailleurs sans-papiers eux-mêmes souligne la légitimité de leur revendication à la régularisation. Les « papiers » sont un droit dont ils sont privés, et privés injustement puisque eux aussi, en tant que  travailleurs payant cotisation sociales et impôts, contribuent à l’effort collectif. 
Les conséquences de la catégorisation administrative des étrangers en situation irrégulière n’est pas qu’externe. En miroir, les représentations induites par le statut d’ « étranger en situation irrégulière »,  influent les comportements des personnes ainsi catégorisées et les représentations qu’elles se font d’elles-même. Stéphane Le Courant, en suivant des sans papiers depuis leur passage par un local de rétention administrative jusqu’après leur remise en liberté, a pu mesurer l’emprise de la catégorie administrative sur la vie des catégorisés. Il souligne que c’est moins la catégorie elle même que sa traduction pratique – la menace perpétuelle d’arrestation – qui conditionne la vie quotidienne des sans papiers, dans tous les domaines. L’espace publique en particulier est vécue sur un mode de contournement, sur un mode de simulation et dissimulation. Le sans-papier se doit de tout voir sans être vu, de paraître détaché tout en étant aux aguets. Plus la menace paraît grande voir omniprésente plus l’assignation au statut de sans-papier est forte. 
La catégorie pèse aussi dans la sphère privée, dans l’intime. A qui et quand révéler sa situation irrégulière ? Dans les relations amoureuses, le sujet est d’autant plus complexe que l’étranger en situation irrégulière est toujours soupçonné d’être un « fraudeur des sentiment »,  de vouloir contracter un « mariage gris » dans le but d’obtenir une régularisation. Par la législation sur le mariage gris, l’État s’immisce dans l’intime en imposant au sans-papier un code de conduite lui interdisant le mariage intéressé. De même, la mise en acte de la catégorie d’étranger en situation irrégulière sous la forme de la rétention administrative contraint les corps. Le port des menottes, l’usage de la contrainte physique provoque une intériorisation par les sans-papiers de leur condition de « clandestin ».
Enfin, si comme on vient de le montrer, la catégorie de sans papiers est vécue sur un mode réflexif, le rapport à l’État l’est également. En effet, les étrangers en situation irrégulière sont très régulièrement confrontés à l’État : aux forces de l’ordre lors d’arrestation et de placement en centre de rétention mais aussi au agents de guichet des Préfectures aux bureaux desquelles ils sont fréquemment sollicités. De cette expérience des institutions étatiques naît une connaissance, une représentation spécifique de l’État et de son pouvoir. Bien souvent, les sans papiers dépeignent un État insondable, qui a le pouvoir « magique » de donner les papiers sans que ce pouvoir ne soit encadré par le droit. L’obtention d’un titre de séjour apparaît alors à la fois comme un droit, comme une faveur ou comme une chance, ces trois manières de se représenter la possibilité d’obtenir des papiers coexistant chez les étrangers en situation irrégulière. Finalement, l’État a la figure ambivalente de celui qui peut expulser mais qui peut aussi protéger, en octroyant un titre de séjour. L’État érige cette ambivalence en mode de gestion des population : il s’agit moins d’expulser les sans-papiers que d’endiguer, de contraindre, d’empêcher, les installations. 
Les deux dernières contribution de cette journée d’étude avaient vocation à explorer la possibilité d’un dépassement terminologique. Puisque dans bien des cas, les mots font problèmes, peut-on les déconstruire, les remplacer, les supprimer de notre vocabulaire ? Comment détourner, dépasser ou contourner les mots de la migration ?

« Détourner, dépasser, contourner les mots de la migration »

Cristina Del Biaggo. « Vous avez dit ’crise migratoire’ ? De son utilisation et de ses conséquences politiques et humaines »
& Alexandra Galitzine-Loumpet. « Mots déplacés : pour un nouveau lexique de l’exil ».

L’intervention de Cristina del Biaggio est revenue sur la notion de « crise migratoire » ou de « crise des réfugiés » qui s’est imposé dans le vocabulaire politique,  militant et surtout médiatique à partir de l’été 2015. L’imposition du terme de crise à l’été 2015 s’accompagne d’autres transformations terminologiques, notamment la mise en place d’une dichotomie migrant / réfugié, qui n’a fait depuis lors que se renforcer et qui doit également poser question.
La chercheuse s’est d’abord concentrée sur la mise en perspectives des « données de la crise ». Ainsi, ce chiffre de trois millions de migrants attendus en Europe d’ici la fin 2017 annoncé par le journal Le Figaro, qui semble à première vue confirmer l’intensité de la crise. Or, le chiffre de trois millions mis en regard de la population Européenne (500 000 millions d’habitants) apparaît tout de suite plus relatif. Par ailleurs, selon les données du HCR (Le Haut Commissariat aux réfugiés) entre 80 et 90% des réfugiés dans le monde, sont accueillis dans des pays en voie de développement. Si « crise migratoire » il y a, elle ne se situe donc pas en Europe. D’autre part, la référence à « l’Europe » masque d’importante disparité de répartition des migrant.es au sein de l’Union européenne. Si l’Allemagne, qui a accueilli 60% des demandeur/euses d’asile arrivé.es sur le sol Européen peut éventuellement faire figure de pays en crise, il n’en va pas de même pour la France qui n’a accueilli que 6% de ce contingent sur son territoire national. Par ailleurs, l’idée d’invasion, de débordement sous-entendue par la notion de crise est également contredite par les chiffres quand on se place sur le temps long. Le pourcentage de migrant.es, toutes catégories confondues, par rapport à la population mondiale est resté quasiment constant depuis les années 1960, autour de 3%. De même, un rapide calcul du solde migratoire 2015 (0,1%) montre que la France est loin d’être submergée par les nouvelles arrivées. Enfin, si les demandes d’asile ont effectivement augmenté en France depuis 2010, cela n’a rien d’exceptionnel au regard de l’histoire récente. Ces « pics d’arrivées » se répètent fréquemment. En 1956, par exemple, la France avait accueilli 384 000 réfugié.es. L’idée de crise est également ravivée par le chiffre, abondamment médiatisé du « millions de réfugiés attendant en Lybie ». Au terme d’une enquête approfondie, il apparaît que ce chiffre provient d’une  estimation de l’agence européenne de protection des frontière Frontex, qui n’est étayée d’aucune analyse, d’aucune étude. 
Les chiffres de la crise, comme ces représentations picturales (bateaux surchargés, queues humaines infinies, figuré cartographiques menaçants…) visent moins à rendre compte d’une situation migratoire réelle qu’à nourrir le fantasme de l’invasion. L’imaginaire de la crise appelle une solution uniforme et radicale : la fermeture des frontières. Contrairement à la « crise migratoire », la multiplication des barbelés et des murs et bien réelle. Au niveau mondial, on constate une inflation du nombre de murs. La chercheuse Elizabeth Viallet en dénombre quatre à cinq au début des années 2000 et plus de 60 aujourd’hui. En Europe  la rhétorique de la crise a non seulement eu pour effet la construction de murs et de barrières au frontières extérieures de l’Union européenne (en Grèce par exemple) mais aussi de refermer certaines frontières à l’intérieur de l’espace Schengen. On assiste aujourd’hui par exemple à une fermeture des cols Alpins. Or cette fermeture des frontières concentre les candidats à l’exil aux abords des rares points de passage encore ouverts ou accessibles. Ainsi amassés aux frontières, ils apparaissent toujours plus comme un « flot  menaçant », survisibilisation malsaine nourrissant d’autant la tentative du repli et de la fermeture des frontière. La fermeture des frontière apparaît en outre inefficace à stopper les arrivées. Au contraire, en rigidifiant les conditions d’entrée et de sortie des pays de l’Union européenne et la libre circulation à l’intérieur de ces pays, elle empêche les migrations circulaires et elle fixe en certains points du territoire de l’Union, des migrant.es qui ne souhaitent pas s’y installer sur le long terme. 
Ainsi, il apparaît que si crise il y a, il s’agit moins d’une crise migratoire que d’une crise des politiques migratoires, qui échouent à enrayer le cercle vicieux de la peur et du repli. Il s’agit aussi d’une crise humanitaire dans la mesure où la conséquence de ces politiques de fermeture est une mortalité accrue des candidat.es à l’exil. La « crise migratoire » apparaît ainsi comme un artifice lexical destiné à occulterles responsabilités de nos dirigeants face aux drames de la migration. 
La contribution dense d’Alexandra Galitzine-Loumpet a clos cette journée par un ensemble de réflexion sur les nécessités et les modalités d’un nouveau lexique de l’exil. En écho à la communication précédente, la chercheuse souligne que la « crise migratoire » est avant tout une crise terminologique. Les mots de la migrations employés aujourd’hui sont « déplacé » explique-t-elle, au sens où ils sont  toujours « à côté », « en marge » de l’expérience vécue par les exilés. En d’autre termes nous usons d’un vocabulaire « déplacé », inopportun et inadequat pour traiter de l’expérience migratoire des personnes déplacés. 
Ce constat établit, reste à s’interroger sur les possibilité de renouvellement de cette terminologie problématique. Alexandra Galitzine-Loumpet propose une repolitisation du vocabulaire hérité – par décennies d’histoire coloniale notamment – ou imposé – par la terminologie juridique ou administrative. La repolitisation du vocabulaire passe d’abord par une conscientisation de son étymologie. En effet, le pouvoir évocatif de termes fortement connoté historiquement peut-être un levier d’action en ce qu’il permet uneprise de conscience de large échelle d’un problème donné. Parler «des nouveaux négriers » (comme François Hollande à Poin-à-Pître en 20152), ou de « camp de concentration » (comme le pape François en avril 20173) interpelle quant à l’horreur du trafic d’êtres humains qui se joue sur les routes migratoires et à la dure réalité des camps humanitaires. Mais la référence au passé impliquée par ces termes empêche aussi de saisir adéquatement la spécificité des problématiques actuelles. De plus, cet horizon de référence est chronologiquement et spatialement limité. La référence à la Seconde Guerre mondiale par exemple, occulte trop souvent celle des situations coloniales qui rencontrent pourtant de façon beaucoup plus directe la mémoire des exilé.es et l’histoire de leurs pays de provenance. D’où la nécessité, pour faire émerger un nouveau lexique de l’exil, de réinstaurer un va et vient entre un cadre conceptuel européen et expérience du sujet en déplacement. Repolitiser le champ lexical de la migration c’est aussi lutter contre l’euphémisationdes discours administratif et humanitaires : parler de « camps » plutôt que de « centre », de « détention » ou de « rétention » plutôt que de « mise à l’abri » ou « d’accueil provisoire ». L’euphémisation des termes a pour effet de masquer les responsabilités individuelles et collectives. 
Tout apport terminologique neuf et à première vu repolitisé ne doit pas pour autant être dispensé d’une analyse critique. La chercheuse questionne par exemple la pertinence du terme de « jungle », qui s’est imposé dans les usages après la fermeture de Sangatte, pour désigner le bidonville d’État de Calais où vécurent jusqu’à 10 000 personnes entre avril 2016 et octobre 2017. Le terme a plus qu’un autre fait florès dans les champs médiatique, littéraire, cinématographique et même dans une partie du champ académique. On comprend l’intérêt qu’il a pu susciter. Il donne une image assez évocatrice des conditions de vie des migrant.es. Il serait en outre employé par les exilé.es eux même. « Jungle » est en effet un terme que l’on retrouve dans plusieurs des langues parlées par les exilé.es (farsi, penjabi, muntu, etc.). Le terme, d’origine anglo-indienne a en effet été largement diffusé dans l’espace colonisé puis en Europe au cours du XIXe siècle – ce qui explique son usage étendu, et son potentiel de référence commune. Le terme est cependant problématique. Sa signification, d’abord, estt peut-être évocatrice mais elle n’en est pas moins imprécise. A quoi réfère-t-on exactement par le terme de jungle ? Aux conditions faites aux exilé.es ? Aux  marges de la ville ? Ou plus insidieusement, à un étranger naturalisé et menaçant, comme les animaux sauvages qui peuplent la jungle ?  Naturalisé, le migrant est un miroir de la figure du sauvage, bon ou mauvais selon les cas. Ainsi, l’imaginaire rattaché à ce terme de jungle abonde  l’idée d’un exilé dangereux, incontrôlable, sauvage, qu’il faudrait contenir aux marges de l’espace civilisé, aux marges de la ville. En contrepoint à cette vision négative, la jungle est parfois présentée comme un espace alternatif, un espace du possible, le lieu d’une nouvelle cité potentielle ou du moins de nouvelles formes de citoyenneté. Dans les deux cas, le terme de jungle échoue à rendre compte des formes de dominations réellement à l’œuvre dans le bidonville d’État de Calais. 
*
D’autres mots semble avoir été repolitisés avec plus de succès. Il en va ainsi du champ lexical de l’exil (exil, exilé, exilience…) dont Alexandra Galitzine-Loumpet défend activement l’usage, notamment au travers du dispositif des  non-lieux de l’exil. L’exil, dans son sens réactualisé recouvre une multiplicité de statuts assignés à l’individu en déplacement  ; contrairement au migrant, l’exilé est à la fois émigré et immigré, réfugié et apatride. Le terme engage donc l’expérience. Indépendant de tout statut juridique et de toute catégorie administrative, indépendant, aussi, de toute référence spatiale, l’exil renvoie à ce qui serait potentiellement  commun dans l’expérience de la migration : une condition et une conscience. L’exil c’est un état, un état non-sécable malgré sa discontinuité constitutive. L’exil, en somme, est un lieu du multi-lieu,un emplacement de l’expérience qui peut rattacher plusieurs générations, quel que soit leur rapport au déplacement. Enfin, la notion d’exil est politique. L’exil, en mettant en valeur des expériences singulières, pose plus frontalement la question de notre responsabilité et de nos devoirs vis à vis d’individus non-essentialisés. On n’ accueille pas le migrant mais on accueille le demandeur d’asile et on accueillerait encore d’avantage l’exilé, argumente la chercheuse. 
Le débat à l’issu de l’intervention soulève la difficulté à « porter » ou « faire porter » ce nouveau terme par des voix légitimes- ou du moins légitimées – du débat publique. Alexandra Galitzine-Loumpet explique que le terme est déjà en usage, qu’il est porté par les exilé.es eux/elles mêmes et par certains acteur/trices associatifs. Cristina del Biaggio souligne qu’il n’est pas impossible, même si et long et difficile, de convaincre les journalistes de changer leurs pratiques discursives. Léopoldine Léopoldine Manac’h estime pour sa part que s’emparer de la question sémantique est une entreprise essentielle, tant pour les chercheur/euses que pour les militant.es associatifs. Il s’agit d’un devoir moral et scientifique face aux dénominations « neutrifiées » et « neutralisées » véhiculées par le vocabulaire technocratique. Elle défend ainsi l’usage du terme de « rafle » pour désigner les « arrestation massive et au faciès » que l’Etat désigne sous le vocable de « reconduite à la frontière ». 
L’emploi du terme d’exilé défendue par Alexandra Galitzine Loumpet soulève également plusieurs réflexions. Le terme est critiquable dans la mesure où la racine « ex » semble signifier une impossibilité permanente d’ancrage. Plusieurs interventions soulignent en outre la nécessité de recourir à la terminologie juridique et administrative selon le public visé et le propos du discours. Au terme de ces derniers échanges il ressort qu’il s’agit moins de faire table-rase d’un vocabulaire inadéquats – ou pire, dangereux – que de se placer dans une posture critique constante. Il s’agit d’interroger les catégories, de déconstruire et de diversifier la terminologie que nous employons pour que nos discours offrent les images les plus juste de possible des phénomènes migratoires : multiples, complexes, équivoques. 
        
        1         Jean Baudrillard, Mots         de passe, Paris,         Fayard, 2004. Cité dans la présentation de la journée d’étude «         Objets dans la migration, objets en exil : statuts, usages,         devenirs. », 5 mai 2017, Université de Nanterre.         http://nle.hypotheses.org/4200         (consulté le 3         mai 2017).